Royer, Annie PhD


Professeure agrégée

Université Laval

Annie Royer a obtenu son doctorat en sciences économiques à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2009. Elle a aussi été chercheure postdoctorale à l'université de Wageningen aux Pays-Bas de 2009 à 2011. Elle est titulaire de la Chaire d’analyse de la politique agricole et de la mise en marché collective. Son programme de recherche est pluridisciplinaire et touche l'analyse de la mise en marché collective des produits agricoles, la coordination verticale dans les filières agroalimentaires et les chaînes de valeur, les organisations collectives de producteurs, l'analyse de politiques agricoles, la qualité des produits agricoles et l'innovation.

Intérêts de recherche

Thèmes de recherche

Mise en marché collective des produits agricoles

Coûts de transaction

Institutions

Gouvernance et coordination verticale dans les filières agroalimentaires

Analyse institutionnelle

Organisation de producteurs

Qualité des produits agricoles

Pavillon Paul-Comtois

2425 rue de l'Agriculture
Département d'économie agroalimentaire et sciences de la consommation,
Pavillon Paul-Comtois,
CMT-4412
Université Laval
Québec, (Québec)
G1V 0A6
418 656-2131 poste : 5923
Annie.royer@eac.ulaval.ca

2009, UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON-SORBONNE, FRANCE

Doctorat en Sciences Économiques : « Analyse néo-institutionnelle de la mise en marché collective du lait : le cas du Québec »

 

2004, UNIVERSITÉ LAVAL, CANADA

Maîtrise en Économie Rurale (M.Sc.) : « Crise de régulation des agricultures françaises et québécoises et perte de multifonctionnalité de l'agriculture. Analyse à partir d'une approche régulationniste »

 

2002, UNIVERSITÉ LAVAL, CANADA

Baccalauréat en Économie et Gestion Agroalimentaire (B.Sc.A.)


Direction
Toupin, Jean-Charles - Maîtrise - Études en cours
Sujet :

La Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche a été mise en place en 1956. Cette dernière a pour objectif d’organiser de façon ordonnée la production et la mise en marché agricole et alimentaire, ainsi que la mise en marché des produits de la pêche et de la fourrure des animaux sauvages. Cette loi donne la possibilité aux agriculteurs et aux pêcheurs québécois de profiter d’une structure de négociation collective des conditions de mise en marché de leurs produits. Cette structure se présente sous la forme de plans conjoints. À l’heure actuelle, il y a plus d’une vingtaine de plans conjoints au Québec, et ce autant à l’échelle régionale que provinciale.

Dans le cadre d'un projet de recherche portant sur la caractérisation du déploiement spatial de l’agriculture au cours des 60 dernières années, pour ensuite le mettre en relation avec son évolution sectorielle et les dynamiques territoriales, la recherche de Jean-Charles dans le cadre de sa maîtrise visera à analyser les plans conjoints sous l'angle de leurs implications territoriales. La péréquation des coûts de transport en production laitière est l’exemple le plus connu. Toutefois, il en existe d’autres par rapport à différents aspects de la mise en marché collective (gouvernance, programme de la relève, etc.). Ce mémoire aura donc pour objectif de répertorier ces implications et d’analyser leur effet sur l’évolution des secteurs d’activités de l’agriculture québécoise. 



co-direction
Laughrea, Sophie - Maîtrise - Année de graduation : 2015