Guiraud, Noé Stagiaire post-doctoral


Après avoir été accueilli durant 6 mois entre juin et novembre 2015, dans le cadre d'une collaboration entre notre laboratoire et le GREQAM (Groupement de recherche en économie quantitative d'Aix- Marseille), afin d'avancer sa thèse de doctorat. Noé a soutenu sa thèse, intitulée : «La relocalisation agricole et alimentaire en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Une étude multi approche des circuits courts (2000-2015)», à Marseille en décembre 2016.  

Il est de retour dans l'équipe pour effectuer un stage post-doctoral dans le cadre du projet de recherche intitulé Vrais et faux agriculteurs. Regards croisés sur l'identité professionnelle des agriculteurs québécois et les définitions juridiques du statut professionnel. 

Years of service

2018 to 2020

Laboratory

GREQAM, Groupement de recherche en économie quantitative d'Aix- Marseille

La thèse de Noé traite de la relocalisation des filières agricoles et alimentaires en région PACA (France) qui s’opère à travers le développement des circuits courts depuis les années 2000. Les circuits courts sont une forme de modalité de commercialisation qui s’organise selon un principe de proximité tant géographique que sociale et économique. L’approche développée ici s’intéresse à la dynamique d’institutionnalisation des circuits courts en région, que l’on observe par un positionnement croissant des pouvoirs publics et la multiplication des organisations qui visent à produire un cadre au développement de ces circuits alimentaires. La proximité est identifiée comme le principe de changement qu’impliquent les circuits courts au niveau de l’organisation spatiale des filières agricoles et alimentaires et au niveau de la coordination des acteurs. Par une approche empirique et inductive, ces deux aspects sont étudiés de façon dynamique (2000-2015) pour observer l’évolution de leurs formes en région PACA. Des systèmes alimentaires territoriaux s’organisent en région et la demande urbaine apparaît alors très structurante. Simultanément, une gouvernance alimentaire régionale émerge et permet un décloisonnement des acteurs agricoles et de la société civile, mais elle reste un processus fragile. Considérer ces deux aspects souligne l’enjeu de l’articulation de la coordination des acteurs à l’échelle de la relocalisation des filières agricoles et alimentaires, notamment du point de vue du rôle que peuvent avoir les villes. La question foncière apparaît alors comme centrale. Finalement, cette thèse souligne aussi l’existence de phénomènes d’exclusions qui accompagnent cette relocalisation agricole et alimentaire : la concurrence localisée (économique et spatiale) pour les producteurs et l’exclusion d’acteurs de l’accompagnement et de circuits courts spécifiques selon le modèle de développement légitimé par la gouvernance régionale.

Mots clés : circuits courts, relocalisation alimentaire, systèmes alimentaires territoriaux, proximité, gouvernance, institutionnalisation, région PACA