Laughrea, Sophie Maîtrise en agroéconomie


Sophie a réalisé son mémoire de maîtrise sur les collectifs de producteurs en circuits courts, mémoire pour lequel elle a obtenu le 2ème prix de la recherché coopérative 2014.

Elle a ensuite travaillé pendant près de deux ans comme professionnelle de recherché aux côtés de Patrick Mundler. Depuis novembre 2016, elle a rejoint le Ministère de l'Agriculture de la pêche et de l'alimentation du Québec comme analyste.   

Pavillon Paul-Comtois

2425 rue de l'Agriculture
Département d'économie agroalimentaire et sciences de la consommation,
Pavillon Paul-Comtois, CMT-4326C
Université Laval
Québec, (Québec)
G1V 0A6
418-656-2131 extension : 4520
sophie.laughrea.1@ulaval.ca

Years of service

2013 to 2014

Sophie Laughrea a obtenu un diplôme de baccalauréat en économie et sciences politique de l'Université McGill en 2011. Elle a ensuite complété en 2014 une maîtrise en agroéconomie à l'Université Laval qui portait sur la pérennité des collectifs de producteurs commercialisant en circuits de proximité. Elle a obtenu, pour son mémoire, le deuxième prix de la recherche coopérative de la Revue internationale de l'économie sociale.

Elle a travaillé pendant plus de deux ans avec le Groupe de recherche Agriculture et territoire où elle a participé, comme professionnelle de recherche, à différents projets. Elle a ainsi développé une excellente connaissance des circuits alimentaires de proximité au Québec, ce qui en fait aujourd'hui une des rares spécialistes reconnues dans ce domaine par les intervenants du milieu.


Résumé du mémoire de maîtrise :

Si les circuits de proximité (CP) peuvent être une avenue intéressante pour les producteurs, ils sont souvent difficiles d’accès. L’une des pistes de solution fréquemment évoquées est la mise en place de démarches collectives. C’est pourquoi ce mémoire s’intéresse aux conditions permettant aux collectifs de producteurs de relever les défis rencontrés par leurs membres en CP au Québec. Pour ce faire, une étude de cas multiples a été réalisée par le biais d’entrevues auprès de cinq regroupements répartis dans la province. L’analyse comparative démontre que l’action collective peut être un moyen d’accès privilégié à ces circuits, si elle permet une mutualisation des ressources et une consolidation des volumes. Elle démontre également que des défis demeurent quant à leur viabilité : le manque de connaissances et d’expérience des collectifs en lien avec les CP, l’intégration de nouveaux métiers et l’action collective semble sous-tendre plusieurs défis rencontrés tant au niveau économique que social. Mots clés : circuits de proximité, circuits courts, commercialisation, proximité, action collective, collectifs de producteurs, coopérative, Québec.