Search

Ownership

Mundler, Patrick

Overview

Le pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du littoral du lac Saint-Pierre rassemble plusieurs chercheurs issus de trois universités : l’Université Laval, l’Université McGill et l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Le Pôle a pour mandat de proposer une stratégie d’intervention dans la zone littorale favorisant la mise en place d’une agriculture durable, adaptée et respectueuse de l’écosystème du lac Saint-
Pierre. Il se déploie sur trois axes : agronomie, science de l'environnement et socio-économie.

Dans le cadre de ce pôle, Patrick Mundler et Noé Guiraud animent un projet de recherche intitulé :  Analyse économique de différents scénarios d’occupation des sols de la zone inondable 0-2 ans.Ce projet vise à appréhender, à l’échelle de toute la zone inondable 0-2ans, quels seraient les coûts et bénéfices globaux de divers scénarios d’occupation des sols du point de vue économique. Les scénarios qui sont étudiés sont directement issus des travaux des autres axes du pôle, afin d’alimenter les trois objectifs du pôle : développer des pratiques agricoles adaptées au contexte du Lac-Saint-Pierre, évaluer la performance et les impacts de ces pratiques, proposer un mode de gestion durable.


Ownership

Mundler, Patrick

Overview

La Politique bioalimentaire 2018-2025 Alimenter notre monde, affiche explicitement la volonté de miser sur les potentiels des territoires et propose plusieurs pistes de travail pour stimuler le développement du secteur bioalimentaire dans les régions du Québec.

Ce rapport réfléchit aux outils permettant d’adapter les interventions du MAPAQ aux spécificités territoriales. Il est composé de trois parties : une premièr partie plus transversale concernant le concept central de territorialisation des politiques publiques d’un point de vue théorique et pratique ; une deuxième partie qui traite des indicateurs et des indices utilisés pour territorialiser une politique et une troisème partie conscrée à présenter plus en détail quatre exemples de territorialisation d’une politique publique en lien avec le développement agricole et territorial.


Ownership

Mundler, Patrick

Overview

Dans la foulée du rapport de la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ, 2008) et du rapport Saint-Pierre (2009), le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) a mis sur pied un « Programme pilote d’appui à la multifonctionnalité de l’agriculture » destiné aux territoires ruraux présentant des handicaps agronomiques et climatiques.

Dans ce contexte, le MAPAQ nous a donné pour mandat de cerner « les enjeux de la multifonctionnalité de l’agriculture dans les contextes d’agriculture dynamique et périurbaine » en analysant les principales problématiques liées au développement de l’agriculture dans les territoires ciblés par l’étude et en étudiant l’applicabilité du concept de multifonctionnalité dans ces zones.

Les résultats de nos travaux nous ont amenés à formuler quelques recommandations quant à la prise en compte de la multifonctionnalité de l'agriculture dans une future politique agricole québécoise. 


Ownership

Mundler, Patrick

Overview

Les PDZA (plans de développement de la zone agricole) ont été mis en place au Québec à partir de 2008. À ce jour, 32 MRC ont complété leur PDZA et une vingtaine sont en cours d’élaboration.

Les PDZA ont pour objectifs la préservation et la valorisation des terres agricoles, afin de soutenir le « plein potentiel de l’agriculture ». Le MAPAQ rappelle dans ses documents d’information concernant les PDZA que l’agriculture joue un rôle multifonctionnel sur les territoires en participant à l’économie locale et en contribuant à la qualité de vie des communautés. Il insiste aussi sur le fait que son élaboration passe « par un exercice participatif de planification (…), personnalisé et concerté, qui procure de nombreux bénéfices à une MRC et à leurs municipalités constituantes. (…), enrichit les connaissances sur le territoire et sur les activités agricoles (et) facilite le dialogue entre les acteurs du milieu ».

Proposer un processus participatif dans un exercice de planification touchant à l’agriculture constitue au Québec une innovation importante dans la mesure où l’agriculture a jusqu’ici été pensée comme un secteur économique plus que pour ses interrelations avec les territoires dans lesquels elle se déploie. Dans ce contexte, notre projet a cherché à répondre aux questions suivantes : dans quelle mesure les processus participatifs mis en œuvre dans les PDZA ont-ils permis l’émergence d’une nouvelle compréhension de l’agriculture par les parties prenantes ? Quels effets ont-ils eu sur la gouvernance du territoire agricole ?

Le projet dirigé par Julie Ruiz (Université du Québec à Trois-Rivières) et Patrick Mundler associe plusieurs étudiants. Il a reçu un financement du Centre de Recherche sur le Développement Territorial (CRDT). Les résultats ont été présentés au congrès de l'ACFAS de mai 2018. Il a donné lieu à la publication d'un chapitre de livre dans l'ouvrage dirigé par Marc-Urbain Proulx et Marie-Claude Prémont : La politique territoriale au Québec. 50 ans d’audace, d’hésitations et d’impuissance, Presses de l’université du Québec, pp. 247-271.


Ownership

Mundler, Patrick

Overview

Les approches descendantes (dans lesquelles les agriculteurs sont censés appliquer des solutions techniques produites en dehors d’eux) ont marqué les pratiques de réhabilitation des agroécosystèmes mais elles sont controversées : faibles retombées environnementales, défi de faire participer une masse critique d’exploitations et de pérenniser les changements une fois le projet ou la subvention terminée. Dans ce contexte, il importe de développer une autre manière de penser et de faire de l’agriculture.

À l’opposé, les approches collaboratives sont souvent présentées comme une réponse aux enjeux précédents, mais elles peinent souvent à faire participer directement les agriculteurs.

C’est ainsi pour tenter de développer d’autres types d’approches susceptibles tant d’accroître l’implication des agriculteurs, de mobiliser efficacement leurs savoirs, mais aussi de créer un système d’innovation agricole plus collaboratif, que le dispositif L’AcadieLab a été sur pied. Inspiré de la méthodologie des laboratoires vivants, L’AcadieLab est un processus de co-création pour la réhabilitation des agroécosystèmes du bassin versant de la rivière l’Acadie. Il vise à co-construire des pratiques agroenvironnementales adaptées à la diversité des systèmes de production et des agriculteurs, à mobiliser une communauté d’agriculteurs, de chercheurs, de professionnels et les pouvoirs publics dans une action collective cohérente qui réponde aux enjeux environnementaux locaux.

Le présent programme de recherche est dirigé par Julie Ruiz, professeur à l’université du Québec à Trois-Rivières. Il associe plusieurs chercheurs et étudiants issus de cinq universités québécoises et  a été élaboré pour accompagner et alimenter cette démarche innovante. Il comprend plusieurs volets qui visent à analyser comment l’AcadieLab fait évoluer les représentations et les pratiques des agriculteurs et des agronomes.

Ce projet bénéficie d'un financement du CRSH dans le cadre des projets "développement de partenariat".